Tolkien et son Oeuvre

mercredi 11 mars 2009
par  anguenot
popularité : 18%

John Ronald Reuel Tolkien est né à Bloemfontein dans l’Etat-Libre d’Orange (en Afrique du Sud) le 3 janvier 1892.

Mais il dut quitter son pays natal à cause de sa santé ; il ne supportait pas les grandes chaleurs de ce pays. Cependant son père, directeur d’une banque, était resté en Afrique et il y mourut le 15 février 1896 sans que ses deux fils , ne le revoient. John fit sa scolarité au "King Edward’s School", puis à la "St. Philip’s Grammar School", et enfin à l’Oxford University.

Sa mère mourut alors qu’il n’avait pas dix ans et il se trouva sous la tutelle d’un prêtre catholique (dans un pays à forte majorité anglicane). Toute sa vie J.R.R. Tolkien sera un fervent croyant. En 1915 il s’engage dans l’armée Britannique et participe en tant qu’officier de liaison à la Grande Guerre. Tolkien sera rapatrié du front en 1917 à cause d’une "fièvre des tranchés". Et c’est durant sa convalescence qu’il commencera à écrire son premier récit elfique "The Book of Lost Tales" (Le livre des contes perdus, traduit en français par son petit-fils Adam Tolkien !).

J.R.R. Tolkien devint un professeur d’université, un "Don" comme on dit là-bas. Mais il travailla d’abord entre 1918 et 1920 comme lexicographe dans l’équipe du New English Dictionary, le "Oxford English Dictionary", ou OED. Il rédigea les définitions de noms dans les W - par exemple le mot walrus (morse) dans le OED est de Tolkien. Il travailla ensuite à l’université de Leeds (1920-25) d’abord avec le titre de "Reader", puis "Professor" de langue anglaise. Par la suite il fut nommé "Rawlinson" et "Bosworth Professor" d’anglo-saxon à l’université d’Oxford de 1925 à 1945 ; puis "Merton Professor" de langue et littérature anglaise de 1945 jusqu’à sa retraite en 1959.

Tolkien était un grand spécialiste du dialecte mercien ( dialecte du centre de la Grande -Bretagne parlé entre 450-1150) et il étudia et enseigna dans une moindre mesure les autres langues germaniques (Norrois et Gotique surtout), mais c’était aussi un spécialiste du moyen anglais (parlé entre 1150-1500 en Angleterre), et plus particulièrement du dialecte utilisé dans Ancrene Wisse (un manuscrit du XIIe siècle). Tolkien était non pas un linguiste comme on le lit souvent - il n’élabora pas de théorie linguistique - mais un philologue : un spécialiste de la littérature, des manuscrits du Moyen-âge anglais et de son histoire ; un amoureux des belles sonorités.

Son premier roman "The Hobbit or there and back again" parait en Angleterre le 21 septembre 1937. Il est tiré à 1500 exemplaires. Aujourd’hui traduit dans plus de vingt langues il est devenu un classique de la littérature ( version française : "Bilbo Le Hobbit" ).

Depuis sa plus tendre enfance Tolkien était fasciné par les langues. Il connaissait très bien le latin, mais aussi le grec, et même l’herbreu, il parlait aussi le gallois. Mais sa langue favorite était le finnois (la langue des Finnois, en Finlande on parle aussi le suédois). Tolkien était très attiré par "la matière du Nord" les sagas islandaises et les Eddas, mais il aimait aussi lire la SF (Asimov) et du Fantastique (William Morris et George MacDonald).

Après le succès du "The Hobbit" Tolkien s’attela à la suite. ce travail lui prit des années. Et il devint un énorme roman : The Lord of the Rings, publié en trois volumes en 1954 pour le premier volume et en 1955 pour les deux autres. Mais il fallut attendre la fin des 60 et la vague des Hyppies pour que The Lord of the Rings devienne un livre culte dans les campus américains. Durant les années après la publication du Lord, et ce jusqu’à sa mort en septembre 1973, J.R.R. Tolkien travailla à analyser et explorer son Monde Secondaire. Il ne put cependant finir son "opus magnus" The Silmarillion, car il pensait que désormais à l’âge atomique (n’oublions pas que nous étions alors dans les années atomiques 50) peu de gens pouvaient croire à une histoire avec un Monde plat et une mythologie "barbare" où l’origine de la Lune et du Soleil remontait à des Arbres de Lumière. Et aussi son Monde sans cesse se complexifait : il ne put, ne sut, ou ne voulut pas le finaliser.

Mais il n’en reste pas moins que des dizaines d’histoires passionnates furent écrites par Tolkien en dehors du Hobbit et du Seigneur des Anneaux, comme L’Athrabeth Finrod ah Andreth (théologique et religieux), L’Esse-kenta Eldarinwa (sur l’origine des noms des Elfes pour eux-mêmes et les autres Incarnées (Humains, Nains, Orques, Valar)) et l’Osanwe-kenta (sur la téléphatie des Valar et des Elfes et des Humains).
Mais sa passion a toujours été ses langues imaginaires et avant tout les langues des Elfes :
le haut-elfique ou Quenya. Il composa son premier ouvrage linguistique sur cette langue en 1917, la Qenyaqetsa (une description phonologique historique et un dictionnaire de cette langue classé par racine .

Grâce à son travail et à ses oeuvres, J.R.R. Tolkien aura permis de relancer l’intérêt du grand public pour la science-fiction.

Bibliographie

Hors des très célèbres "Bilbo le Hobbit" et "Le Seigneur des Anneaux", Tolkien a publié un nombre impressionnant d’oeuvres. Il est même probable qu’il existe encore des textes inédits dormant sagement dans les ouvrages poétiques de l’université d’Oxford.
La bibliographie est agencée par ordre chronologique, offrant ainsi un aperçu de la fréquence des publications de l’auteur, un outil simple et rapide de consultation.Cette liste est loin d’être exhaustive.

1910 "Debating Society" [Report]. King Edward’s School Chronicles (Birmingham), N.S. vol. 25, N-o 183, November 1910
"Debating Society [Report]" King Edward’s School Chronicles, N.S. vol. 25, N-o 184, December 1910

1911 "Debating Society [Report]." King Edward’s School Chronicles, N.S. vol. 26, N-o 185, February 1911
"The Battle of the Eastern Field." King Edward’s School Chronicles, N.S. vol. 26, N-o 186, March 1911

1913 " From the many-willow’d margin of the immemorial Thames."The Stapeldon Magazine, vol. 4, N 20, December 1913

1920 " The Happy Mariner." The Stapeldon Magazine, vol. 5, N 26, June 1920

1922 " The Clerke’s Compleinte." The Gryphon (Leeds), N.S. 4, N 3, December 1922
A Middle English Vocabulary : Designed for use with Sisam’s Fourteenth Century Verse and Prose. Oxford : Clarendon, 1922,

1923 "Iúmonna Gold Galdre Bewunden." The Gryphon, N.S. 4, N 4, January 1923
" The City of the Gods." The Microcosm (Leeds), vol. 8, N 1, Spring 1923
"Why the Man in the Moon Came Down Too Soon." A Northern Venture : Verses by Members of the Leeds University English School Association. Leeds : Swan, 1923
"The Cat and the Fiddle : A Nursery Rhyme Undone and its Scandalous Secret Unlocked. " Yorkshire Poetry (Leeds), vol. 2, N 19, October-November 1923

1924 "An Evening in Tavrobel. "Leeds University Verse, 1914-1924. Leeds : Swan, 1924
" The Princess Ni." Leeds University Verse, 1914-1924. Leeds : Swan, 1924

1927 " The Nameless Land." in Realities : An Anthology of Verse. Ed. G. S. "Philology : General Works. " The Year’s Work in English Studies 1925, vol. 6, 1927

1931 " Progress in Bimble Town." The Oxford Magazine, vol. 50, N 1, 15 October 1931

1933 " Errantry. " The Oxford Magazine, vol. 52, N 5, 9 November 1933

1934 "Firiel." Chronicle (Covent of the Sacred Heart, Roehampton, U.K.), N 4, 1934
" The Adentures of Tom Bombadil. "The Oxford Magazine, vol. 52, N 13, 15 February, 1934
" Chaucer as a Philologist : The Reeve’s Tale. " Transactions of the Philological Society, 1934

1936 " From One to Five " in Songs for the Philologists. London : Privately Printed in the Departement of English at University College, 1936
" Ruddoc Hanna " in Songs for the Philologists. London : Privately Printed in the Departement of English at University College, 1936
"Bagme- Bloma-." London : Privately Printed in the Departement of English at University College, 1936
"La Húru. " London : Privately Printed in the Departement of English at University College, 1936
"The Root of the Boot." in Songs for the Philologists. London : Privately Printed in the Departement of English at University College, 1936

1937 " Knocking at the Door : Lines Induced by Sensations when Waiting for an Answer at the Door of an Exalted Academic Person. " The Oxford Magazine, vol. 55, N 13, 18 February 1937
The Hobbit or There and Back Again. London : George Allen and Unwin

1938 " Tolkien, J.R.R. " Lettre. Observer (London), 20 February 1938
The Hobbit or There and Back Again. Boston : Houghton Mifflin

1940 " Prefatory Remarks on Prose Translation of "Beowulf" by J.R.R. Tolkien. "in Beowulf and the Finnesburg Fragment. John R. Clark Hall. London : George Allen & Unwin, 1940

1945" Leaf by Niggle. " The Dublin Review (London), vol. 216, January 1945
" The Lay of Aotrou and Itroun." The Welsh Review (Cardiff), vol. 4, N 4, December 1945

1951 The Hobbit : or There and Back Again. 2e édition, cinquième impression. London : George Allen and Unwin

1954 The Fellowship of the Rings : being the rst part of the ’Lord of the Rings’. London : George Allen and Unwin
The Two Towers : being the second part of ’The Lord of the Rings’. London : George Allen and Unwin

1955 The Return of the King : being the third part of ’The Lord of the Rings’. London : George Allen and Unwin
" Imram. "Time and Tide (London), vol. 36, N 4, 3 December 1955

1962 The Adventures of Tom Bombadil and Other Verses from the Red Book. London : George Allen and Unwin

1963" English and Welsh." Angles and Brittons : O’Donnell Lectures. Cardiff : Universty of Wales Press

1965 The Fellowship of the Rings : being the rst part of the ’Lord of the Rings’. Edition "pirate". New York : Ace
The Two Towers : being the second part of ’The Lord of the Rings’. Edition "pirate". New York : Ace
The Return of the King : being the third part of ’The Lord of the Rings’. Edition "pirate". New York : Ace
The Fellowship of the Rings : being the rst part of the ’Lord of the Rings’. Revised edition. New York : Ballantine
The Two Towers : being the second part of ’The Lord of the Rings’. Revised edition. New York : Ballantine
he Return of the King : being the third part of ’The Lord of the Rings’. Revised edition. New York : Ballantine

1967 The Road Goes Ever On : A Song Cycle. Boston : Houghton Mifin

1972 " Beautiful Place Because Trees are Loved. " Lettre. Daily Telegraph, 4 juillet 1972

A propos des oeuvres posthumes

L’une des plus importantes publications posthumes ; "Le Silmarillion", oeuvre présentant l’ensemble du monde imaginé par Tolkien, fut finalement achevée par son fils Christopher et publiée en 1977. Le reste des publications sont principalement des nouvelles éditions du "Seigneur des Anneaux" et de "Bilbo le Hobbit" ou bien des ouvrages détaillant l’univers de ces deux histoires.



Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Tolkien et son Oeuvre

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

10 septembre 2010 - Coeur de Jade

La trilogie de Coeur de Jade est donc en cours de réédition, chez un nouvel éditeur pour une (...)