Des bijoux de l’architecture contemporaine

samedi 31 octobre 2009
par  anguenot
popularité : 14%

- L’Académie des Sciences de San Francisco.

Renzo Piano a créé ce plafond vallonné et troué, sorti tout droit d’un film de science fiction.

Académie des sciences

UN JARDIN DANS LE CIEL de San Francisco... le toit de musée emploi des techniques de constructions vertes.

Les équipes de travail sont sur le point de commencer à planter le toit de la nouvelle Académie de Californie de Musées de la science dans le Parc de Golden Gate.
Capstone Architectural qui qualifie ce travail comme une des expériences de biodiversité les plus ambitieuses du monde.
Toit

Les jardins sur le toit sont aussi antiques que Babylone et une manie profondément enracinée en Europe, mais la structure végétale prenant forme dans le parc est peut-être l’incursion la plus grande encore dans ce que les visionnaires de musée aiment appeler "l’architecture régénératrice intégrée."
Gregory Farrington, le nouveau directeur de l’Académie de Californie, voit le toit comme une curiosité scientifique unique conçue pour donner un petit coup au concept de musée conventionnel .
La plupart des musées ont les murs épais qui séparent l’intérieur de l’extérieur et mettent au sous-sol ou sur le toit tous les systèmes peu fonctionnels. Ici, l’idée sera de faire la construction(le bâtiment) lui-même dans une exposition et il n’y a aucune séparation de l’intérieur de l’extérieur," a-t-il dit.

Les visiteurs ne verront aucune des tours de ventilation balourdes et les générateurs de secours que l’on remarque dans la plupart des grandes constructions. Ces choses et d’autres systèmes utilitaires ont été enterrés pour laisser la place à 197,000 pieds de fraises et des pavots de Californie.

Plantation

Dans la taille et le design, le toit d’académie est sans précédent, marqué par sept dômes et des petites collines raides prévues par le célébre architecte Renzo Piano qui épouse la topographie onduleuse de San Francisco.

Les collines permettent l’espace à l’intérieur pour le planétarium du musée et le dôme éclairé présente une forêt humide tropicale. Mais l’idée est d’attirer l’attention à l’extérieur sur le toit faites de plantes natales.

Les plantations seront les premiers résidants vivants du musée, qui s’étendront sur les pelouses de Parc de Golden Gate de 13000m². Mais les designers insistent... le projet est plus de la philosophie que la botanique. La couronne verte de la construction(du bâtiment) est destinée pour pousser l’idée de durabilité urbaine dans l’ère de réchauffement climatique. Dans ce sens, le toit est un symbole "du besoin d’un changement de conscience général par notre culture," a dit Paul Kephart, le directeur au Ruisseau Rana, qui sert d’un consultant de design du projet. "Nous sommes, en fait, responsables du changement climatique et des impacts sur la biodiversité. Maintenant nous agissons sur ces choses," a-t-il dit.

Si de telles notions de "économie verte" et "l’architecture vivante" prospèrent chez les visionnaires, des toits verts devraient germer partout. En fait, cela arrive déjà dans d’autres projets notables comme le palais des congrès à Vancouver, la Colombie britannique et le siège social de San Bruno.

Les ingénieurs s’attendent à ce que le toit serve un rôle novateur pour la construction( en atténuant le son et réduisant l’écoulement d’eaux pluviales.
Les lucarnes et un plafond rétractable sur la piazza centrale, tireront la lumière du soleil et feront circuler l’air.
Également important, les plantation sur le du toit ont été particulièrement choisies pour créer l’habitat pour la baie mise en danger checkerspot le papillon, dessiner(tirer) des bourdons et des colibris et servir peut-être d’une tache(un endroit) campante pour la vie d’oiseau de Côte ouest migratrice.

Ressources
Toit_vivant

Académie de Californie de Sciences
Emplacement de musée : Parc de Golden Gate
Architecte : Renzo Piano
Entrepreneur général : Webcor Builders
Consultant de toit : Rana Creek Living Architecture
Achèvement Attendu : novembre 2007
Ouverture de musée : automne 2008
Site de musée provisoire : 875 Howard st. près de San Francisco
Coût total de projet : 429 millions de $

- Le Palais du Reichstag de Berlin

Il abrite le Bundestag le Parlement allemand, l’architecte Norman Foster a dessiné une gigantesque coupole qui surplombe l’édifice ouvert en 1894. Cet ajout moderne, qui date de 1999, est un symbole de la réunification entre les deux Allemagne.
Coupole
Le bâtiment, paré d’une imposante coupole de verre de 75 m de hauteur, abrite à nouveau le Bundestag (la chambre basse du parlement de la République fédérale d’Allemagne) depuis la réunification allemande d’octobre 1990. Pendant de nombreuses années, il siégeait à Bonn.
360
Impressionnant, ce dôme-coupole est accessible gratuitement de jour comme de nuit et donne un panorama exceptionnel sur le quartier du parlement et du gouvernement. Avec ses 3000 m² de surface vitrée traitée contre les rayons du soleil et la chaleur, le dôme permet à la fois d’éclairer et de tempérer le bâtiment.

- Musée d’Art Islamique de Doha

Bâti au bord de l’eau, le musée de l’art islamique de Doha possède des lignes épurées et des tons sable. Son architecte, Leoh Ming Pei, a utilisé les caractéristiques de l’art traditionnel islamique et des composantes modernes pour créer ce lieu ouvert au public en 2008 (il a coûté plus de 300 millions de dollars pour sa construction).
Musée
Extérieur
Musée

- Le complexe résidentiel « Linked Hybrid » de Pékin récompensé « meilleur immeuble » d’Asie et d’Australie

Avec ses 2500 habitants, la « ville dans la ville » de Steven Holl se chauffe à l’énergie géothermale. Cinq zones de loisirs sont disséminées dans la structure de 220.000 m². Elles permettent aux résidents de profiter d’îlots de verdure dans un habitat très dense. On y trouve même un hôtel et une école.

- Cumulus Hall

Le Cumulus Hall du parc scientifique danois Danfoss Universe se distingue par son toit fait de courbes et d’arabesques. Certains pourraient y voir une piste de ski mais pour son architecte, Juergen Mayer H., ce sont des nuages.

Danfoss l’Univers est un parc de 5.5 hectare incorporé dans le paysage agricole de Nordborg, à côté de la maison du fondateur et le Danfoss HQ. Ici les enfants et des adultes gagnent la connaissance par des jeux et apprennent des forces de la nature, le monde de science et de nouvelles technologies.

Le Cumulus Hall possède une façade métallique et une toiture en goudron. D’une surface de 1200 m², il accueille des expositions et des expériences scientifiques ludiques. Il a été inauguré en 2007.

- La plus haute tour du monde

Elle est la plus haute tour du monde avec ses 818 mètres. Mais Burj Dubai représente aussi une audace en terme de design. Le bâtiment est en réalité composé de trois tours assemblées autour d’un tronc central. Plus la hauteur augmente, plus le bâtiment s’enroule sous la forme d’une spirale destinée à pallier les effets du vent et du sable.


Les architectes du cabinet Skidmore, Owings and Merrill se sont inspirés d’une fleur du désert. Burj Dubai possède une base large et un sommet en forme de flèche. Ainsi, le poids de la structure diminue à mesure que les mètres s’élèvent.

Site Officiel Burj Dubai

- Hearst Tower : la tour de verre du nouveau siècle

La Hearst Tower est la première tour américaine à posséder des poutres d’acier à la diagonale qui forment une grille. Le building à la façade originale a été dessiné par Norman Foster.

Hearst tower
Inaugurée à la fin 2006, la Hearst Tower est un immeuble de 182 mètres, comportant 46 étages. Il reste aujourd’hui le seul immeuble new-yorkais détenteur de la certification "LEED or" (Excellence en Energie et en Architecture bioclimatique) attribuée par le Comité américain des bâtiments verts (USGBC).

Un parfait exemple d’architecture bio-climatique

La Hearst Tower est formée par un maillage de losanges en acier et verre. Cette particularité a permis d’économiser 20% de métal, soit environ 2 000 tonnes d’acier. De plus, 90% du métal utilisé pour sa construction provient du recyclage. Le verre "à faible émissivité" utilisé, permet de laisser passer la lumière. Cependant, ce verre fait barrage à la chaleur et aux rayons nocifs.

La construction de ce bâtiment respecte certaines normes précises afin de ne pas dégrader l’environnement. Un système de collecte de l’eau de pluie installé sur le toit et connecté à une réserve au sous-sol permet d’alimenter le système de refroidissement et d’arroser les plantes. Ceci permet de réduire la consommation d’eau de 25%.

Des capteurs contrôlent la lumière artificielle nécessaire, en fonction de la luminosité et de la présence de personnes dans les locaux. Grâce à tous ces équipements, la Hearst Tower consomme 22% d’énergie de moins qu’un immeuble classique.

- Une station de téléphérique moderne

Aux pieds de la montagne d’Hungerburg, le funiculaire d’Innsbruck, en Autriche, possède des stations très étranges.

La nouvelle remontée mécanique a été inaugurée en décembre 2008 après un peu moins de deux ans de travaux.

Zaha Hadid, qui en est à son deuxième projet autrichien - puisqu’elle a réalisé le tremplin pour le saut à skis du Bergisel en 2003 - est également l’auteur du nouveau funiculaire d’Innsbruck qui relie en moins d’une demi-heure le centre de la ville aux montagnes, à une altitude de 2 300 mètres.
Il y a en effet quatre stations le long du tracé qui mène aux chaînes de montagnes d’Innsbruck, pour un parcours de 1,8 km : Centre ville, Restaurant Löwenhaus, Zoo alpin et station en amont de la Hungerburg. Le nouveau pont sur lequel passe le funiculaire complète l’installation : il s’agit d’une structure faite de câbles d’acier en forme de " S ", suspendue au-dessus du fleuve Inn et soutenue par deux grands pylônes de 34 mètres.
" Nous avons étudié - a affirmé le responsable du projet Thomas Vietzke - la forme des moraines et des glaciers. Nous voulions que les stations aient l’air de sculptures de glace dans le paysage, comme des cours d’eau gelés qui descendent le long des pentes ".

- Le stade olympique de Pékin

Il aura marqué les JO de Pékin de 2008 mais pas seulement. Le stade olympique de Pékin, surnommé le nid d’oiseau par sa structure entremêlée est avant tout une prouesse de l’architecture. Le bâtiment signé Herzog & de Meuron est fait de béton et d’acier.

L’eau est une ressource précieuse à Beijing et pour ses habitants il est naturel de la préserver.

La protection de l’eau est primordiale pour les sites olympiques. Un mélange d’eaux de récupération, de pluie recyclée et des stations d’épuration y est utilisé.

S’il se met à pleuvoir au stade national durant les compétitions, une canalisation en acier au sommet de l’édifice créera un système de siphon pour éliminer entièrement les eaux de pluie. De plus, les conduites peuvent être chauffées pour faire fondre la neige et l’amener dans les égouts.

Les eaux de pluie recueillies au nid d’oiseau seront ensuite traitées et combinées avec les eaux récupérées pour l’irrigation et autres emplois.

Au Centre National Aquatique (Aquacube), 10 500 mètres cube d’eau seront récupérés pour traitement.

A noter aussi que le dispositif du palais national omnisports facilitera l’absorption de la pluie par le sol et que son toit est équipé de collecteurs de pluie destinée à être traitée et utilisée pour l’irrigation et le nettoyage.

- Le Viaduc de Millau

Sur 2460 m, l’ouvrage d’art enjambe la vallée du Tarn. Le cabinet Foster + Partners a donné au viaduc de Millau des lignes fluides et discrètes : le géant d’acier et de béton semble posé au milieu des collines. Il a accueilli ses premiers véhicules fin 2004

Détails sur cette construction :

Les Détails des travaux

- le Watercube de Pékin

Le centre aquatique national chinois, installé à Pékin, est mondialement connu sous le nom de "watercube". Le bâtiment, de forme rectangulaire, est fait d’une structure d’acier recouverte d’ETFE, une membrane qui laisse passer la lumière. Des centaines de coussins d’air donnent l’illusion de bulles d’eau. Dessiné par PTW Architects, il a été inauguré fin janvier 2008.

L’eau devient un ’des matériaux de construction’ qui materialise la construction d’une façon significative. C’est la structure moléculaire de l’eau dans son état de mousse(d’écume)qui est amplifiée dans la structure de la construction.

La structure d’eau adoucit et dissout toutes les frontières et donne ’les micros’ détails sophistiqués à la totalité monolithique. La sophistication et l’amusement des composants et la simplicité du tout donnent à la construction une dualité intéressante.

Dans une ville intérieure comme Beijing, l’eau devient si précieuse et étant un tel luxe dans la vie des gens(populaire). Le Centre de Natation dépasse sa fonctionnalité comme juste un lieu Olympique, c’est aussi un paradis dans le coeur de Beijing qui apporte aux gens le bonheur infini, la joie et toutes les sortes de bien-être que l’eau peut apporter..

Les Plans

- L’ovale orange du Zénith de Strasbourg

Zenith

Le 23 janvier, le tout nouveau Zénith de Strasbourg était inauguré avec un concert donné par Les Enfoirés au profit des Restos du cœur, fondés en 1985 par Coluche.

Il est, parfois, des rencontres qui relèvent de l’imparable : personnage baroque s’il en fut que Coluche, architecte baroque s’il en est que Massimiliano Fuksas.
En 2008, Fuksas livre donc, vingt-quatre ans après leur création par Jack Lang et l’inauguration du tout premier d’entre eux signé Chaix et Morel au parc de la Villette à Paris, le plus grand, le plus imposant des Zénith. Une vaste ellipse, comme animée d’une torsion continue, de couleur orange, d’une surface utile de 10 000 m2 et qui peut accueillir jusqu’à 10 000 spectateurs assis-debout (7 800 en configuration « tout assis »). Un socle de béton, une armature métallique représentant 2 400 tonnes d’acier, 12 000 m2 de toile translucide en fibre de verre et silicone, les chiffres sont impressionnants pour cette ellipse de 400 mètres de circonférence réalisée en à peine dix-huit mois de chantier, pour la somme de 48 millions d’euros abondés par la communauté urbaine de Strasbourg.
Une sorte de mégalithe gigantesque qui marque avec force l’entrée ouest de Strasbourg et dont on ne sait s’il s’agit d’une soucoupe volante échouée là ou d’une monumentale œuvre de land art. D’autant qu’à la tombée de la nuit, la toile translucide soudain éclairée de l’intérieur confère à l’ensemble des vertus d’objet volant non identifié.
« C’est vrai, confie Massimiliano Fuksas, que l’on peut voir dans cet objet comme un hommage au land art. Je pense même qu’il pourrait plaire à Christo. Mais j’y vois plus encore, à le considérer aujourd’hui, une célébration du quarantième anniversaire de Mai-68. Non pas des événements, mais plutôt de ce jaillissement conceptuel qui animait, à l’époque, tant de groupes d’architectes du monde occidental. De Florence à Londres, de Paris à New York, on imaginait des structures étranges qui devaient briser la rigueur et l’orthogonalité sèches de la modernité ambiante. Nous les imaginions mais ne pouvions les réaliser. Aujourd’hui, matières, techniques et technologies conjuguées, nous le pouvons. Dont acte ! »
Hommage aux années-révolte sans doute, mais, plutôt qu’à Archizoom et Archigram, à Superstudio et Haus-Rucker-Co, plutôt qu’à 1968, c’est à Rome (la ville de Fuksas) et à l’an 1600 que nous entraîne ce Zénith strasbourgeois. Au moment même où s’invente, se met en forme le baroque. La Renaissance avait fait ses délices de ces formes parfaites que sont le carré, le cercle et le triangle, formes reprises, à l’instar du Bauhaus, par l’ensemble des mouvements avant-gardistes et modernistes du XXe siècle. Le baroque lui, se saisira, pour mieux signifier l’infinité du monde, de l’ovale et de l’ellipse, avec leurs effets d’enroulement et de balancement, permettant des compositions spatiales dont la volupté évoque à l’évidence le modèle d’un visage, ou encore, un gracieux déhanchement. La splendeur baroque est celle de la présence, de l’intensité, de l’exaltation.
Tumulte, profusion, mouvement, théâtralité, jeux de symétrie et d’asymétrie, tout est réuni, ici, pour faire de ce lieu dédié à la musique et à la contemporanéité un aboutissement baroque.



Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

14 octobre 2012 - Enquête ENS

Le laboratoire STEF (Sciences, Techniques, Education, Formation) de l’Ecole Normale Supérieure de (...)

16 avril 2012 - Des robot en papier !

13 avril 2012 - Concevoir et fabriquer son propre robot

3 août 2011 - Des briques à foison.

C’est un site pour les dingues de briques Lego !
L’architecture est très présente et couverte par (...)

13 octobre 2010 - Démarche d’investigation

Chez Delagrave
L’introduction commune des programmes de 2008 préconise la mise en place de la (...)